Skip to main content

Étudiants / Sinh viên

Bienvenue à Tours,

Vous arrivez à Tours pour vos études, voici quelques indications pour vous aider:

VOTRE ARRIVEE – 1ER JOUR :

Vous arrivez à l’aéroport Roissy Charles de Gaulle, il vous faut prendre le train à destination de Tours. 2 gares à Tours : la gare de Tours ou la gare de Saint Pierre des Corps. Prenez un billet de train pour la gare de Tours.

En sortant de la gare de Tours, vous arrivez sur une grande place, vous devez aller vers la gauche et rentrer dans la rue de Bordeaux (rue piétonne-aucune voiture ne peut rouler dans cette rue, il y a un restaurant Mac Donalds à l’entrée de la rue), au bout de la rue de Bordeaux, il y a tous les arrêts de bus quelque soit l’endroit ou vous souhaitez aller dans Tours. Vous y trouverez les cartes des bus de la ville.

Si vous descendez à la gare de Saint Pierre des Corps, vous devez prendre une navette (un petit train), qui vous emmène à la gare de Tours. C’est la manière la plus simple quand vous arrivez pour la première fois à Tours.

ATTENTION : TOUT ETUDIANT QUI N’A PAS DE LOGEMENT AVANT SON ARRIVEE S’EXPOSE A DE SERIEUSES DIFFICULTES METTANT EN PERIL SES ETUDES.

Pour obtenir un logement dans le cas d’étude en France, voici le contact :
CLOUS de Tours Boulevard de Lattre de Tassigny
37000 Tours
Tél. : 02 47 60 42 43
magellan-tours-crous@ac-orleans-tours.fr

(les CLOUS sont des établissements publics nationaux à caractère administratif, sous la tutelle du ministre chargé de l'enseignement supérieur)

1- Formalités administratives à accomplir à votre arrivée :

A l'arrivée en France, deux démarches doivent être très rapidement effectuées : elles sont indispensables pour le bon déroulement du séjour et être en règle avec les dispositions françaises concernant l'immigration.

1 - Confirmer son inscription auprès de l'établissement qui vous accueille, université ou école

2- Faire établir une carte de séjour "étudiant", si votre séjour d'étude est supérieur à 3 mois et que n'êtes pas ressortissant de la Communauté Européenne

Confirmer son inscription à l'université ou dans l'établissement choisi.

C'est obligatoire pour tous les étudiants. L'inscription dans l'enseignement supérieur français est annuelle et individuelle. La procédure est identique dans toutes les Universités, et propre à chacun des autres établissements.

A l'Université, l'inscription définitive comprend deux parties :

L'inscription administrative :
Important : l'étudiant doit alors demander une attestation qui sera exigée pour l'obtention de sa carte de séjour. Ces formalités d'inscription se traduisent par la délivrance de la carte d'étudiant.

L'inscription pédagogique :
Cette seconde partie de l'inscription concerne directement l'enseignement et la validation des contrôles de connaissances.

Les autres établissements d'enseignement supérieur fixent librement leurs procédures d'inscription, qu'ils communiquent normalement aux étudiants concernés avant leur départ. Il faut être très attentif notamment aux pièces demandées, la présentation d'originaux étant souvent exigée.

La carte de séjour :

La seconde démarche essentielle et obligatoire qu'il faut effectuer dès votre arrivée concerne l'établissement de votre carte de séjour. Cette formalité concerne l'ensemble des étudiants internationaux, à l'exception des ressortissants de la Communauté Européenne.

Attention : cette démarche n'est plus nécessaire pour les étudiants titulaire du nouveau visa de long séjour - titre de séjour (VLS - TS)

L'étudiant étranger qui vient en France poursuivre des études d'une durée supérieure à trois mois, doit en effet obligatoirement solliciter, auprès de la préfecture de son domicile, une carte de séjour temporaire portant la mention "étudiant". La durée de validité de cette carte de séjour temporaire est limitée à la validité du passeport et elle ne peut excéder la durée des études. Elle est valable un an maximum mais peut bien sûr être renouvelée.

Les préfectures ont mission de vérifier que le demandeur de la carte effecture réellement des études. 

Les bourses d’étude :

Les sources de financements pour les étrangers qui projettent de venir étudier en France sont variables en fonction de leur pays d'origine.
Nous mentionnons les principaux organismes qui offrent des bourses mais d’autres financements sont bien entendu possibles.

Les bourses du gouvernement français :

Le Gouvernement français attribue chaque année un nombre important de bourses. Les bénéficiaires sont désignés par les services culturels des ambassades de France. Le choix est fait en fonction de projets précis qui s'intègrent dans des programmes de coopération, établis selon des priorités gouvernementales et sur décision de commissions mixtes.

La durée de votre bourse dépend de votre programme de formation : études ou stage que vous vous engagez à mener à bien dans les délais impartis. Vos résultats (examens, contrôles, appréciations des enseignants) entraînent le maintien ou la suppression de votre bourse.

Quelle que soit leur résidence, les candidats à ces bourses doivent donc, avant leur départ et suffisamment à l'avance, s'adresser directement à ces Services dans leurs pays d'origine afin d'obtenir toutes les informations nécessaires concernant l'attribution de ces bourses et les dossiers complémentaires.

 En savoir plus

Programmes particuliers :

Le programme Excellence-Major
Il permet aux meilleurs élèves étrangers des lycées à programme français de l'étranger de suivre un enseignement supérieur de haut niveau en France.

Le programme de bourses d’études en théologie
Bourses d’études en théologie (appel à candidatures 2010-2011)

Le programme de bourses d’études en théologie est destiné aux étudiants qui désirent bénéficier des enseignements en théologie proposés par les établissements d’enseignement supérieurs français.

Il offre des bourses d’études à des étudiants francophones, prioritairement religieux, de niveau Doctorat et Master ou, éventuellement, Licence sur dérogation, lorsque le candidat est originaire d’un pays qui ne dispose pas sur place des infrastructures nécessaires.

Les candidatures d’étudiants en cours d’études à l’étranger sont prioritaires par rapport à celles d’étudiants déjà installés en France.

Dossier de bourse d'études
 Dossier de bourse d'études (181 Ko)

Descriptif du programme
 Descriptif du programme (33 Ko)

Pièces à fournir
 Pièces à fournir (24 Ko)

Les bourses de couverture sociale
Dans certains pays, les services culturels français attribuent des bourses de couverture sociale.

Les bénéficiaires de ce type de bourse ont le statut de boursier du gouvernement français ; ils peuvent en outre participer aux activités culturelles organisées par les CROUS, et sont exonérés des droits d'inscription dans les universités. Mais ils ne peuvent prétendre à aucune autre prestation.

Enfin, contrairement aux autres boursiers du gouvernement français, les allocataires d'une bourse de couverture sociale n'ont aucune priorité d'accès aux logements en résidence universitaire.

 Les bourses "cofinancées"
Il s'agit le plus souvent du financement de la couverture sociale par le gouvernement ministère des Affaires étrangères et d'une allocation d'entretien, associée éventuellement à d'autres prestations, prise en charge par une autre institution française ou étrangère.

Les bénéficiaires peuvent prétendre à l'aide au logement si cela est prévu dans le contrat signé entre le CNOUS gestionnaire de ces bourses et le deuxième organisme financeur.

Les bourses des gouvernements étrangers

Certains pays accordent des bourses permettant d’effectuer des études à l’étranger.

Vous pouvez vous renseigner auprès du ministère de l’éducation de votre pays d’origine ou auprès de l’organisme en charge des bourses.

Les autres bourses

De nombreuses institutions (fondations, O.N.G., entreprises…) accordent des bourses d’études.

Pour accéder aux informations relatives à ce type de bourses, consultez le guide trilingue (anglais, français et espagnol) « STUDY ABROAD » édité par l’UNESCO qui couvre 145 pays.

2- Trouver un logement :

Il existe différents types d’hébergement pour étudiants. Vous choisirez celui qui vous convient le mieux en fonction de votre situation, de la durée de votre séjour ou de vos moyens financiers.

Il est naturellement plus confortable d’avoir l’assurance d’un logement définitif avant même votre départ pour la France.

Ce sera le cas si vous pouvez obtenir une chambre dans une résidence universitaire du CROUS (bien que les places soient essentiellement réservées aux boursiers du gouvernement français ou aux étudiants participant aux programmes d’échanges) ou si vous êtes admis dans une école possédant sa propre résidence.

Dans les autres cas cependant, la recherche d’un hébergement à distance pourra s’avérer difficile. En effet, vous n’aurez pas la possibilité de visiter les logements, et donc de décider en bonne connaissance de cause.

Il vous sera également difficile de satisfaire à l’exigence d’un garant solidaire ou de signer un contrat de location. Pour ces raisons, de nombreux étudiants optent pour un hébergement temporaire pour les premières semaines de leur séjour en France. Cette période peut être mise à profit pour rechercher sur place un logement définitif.

Dans tous les cas, il est important de vous renseigner très précisément sur la réglementation concernant la location d’un logement et les droits et obligations qui en découlent : vous trouverez quelques informations essentielles ci-contre.

Ce qu’il est important de savoir pour louer un logement

Le bail (ou contrat de location) : pour toute location, vous devrez signer un bail, dont la durée est en général d’un an. Si vous voulez quitter le logement avant l’échéance du contrat, vous devrez donner un préavis de trois mois. En cas de non respect du préavis, le propriétaire peut retenir tout ou partie de votre dépôt de garantie (voir ci-dessous).

Le dépôt de garantie : appelé aussi « caution », c’est une somme équivalente à un mois de loyer que vous devrez verser dans la plupart des cas lorsque vous signez un contrat de location. Elle vous est rendue lorsque vous quittez le logement, sauf en cas de dégradation ou de non respect du préavis.

La garantie solidaire : dans la plupart des cas, le propriétaire, qu’il soit privé ou institutionnel, exigera que vous ayez un garant, c’est-à-dire une personne physique (parent ou ami) ou une personne morale (organisme, association, etc), qui s’engage par écrit à payer les loyers en cas de défaillance de votre part. Le garant doit être résident en France ou, pour les résidences du CROUS, dans l’Union Européenne, et doit pouvoir justifier de revenus mensuels égaux à trois fois, voire quatre fois le montant du loyer. En l’absence de garant, vous devrez justifier vous-même de tels revenus, ou payer à l’avance la totalité du loyer annuel. Dans certains centres universitaires, il existe des dispositifs permettant aux étudiants, sous certaines conditions, de bénéficier de la garantie d’une institution, banque, ou collectivité locale. Votre établissement pourra vous renseigner à ce sujet.

L’assurance : en tant que locataire, vous devrez obligatoirement souscrire une assurance dite « Multirisques habitation », couvrant les risques d’incendie, dégâts des eaux, vol, etc.

Les aides au logement : au même titre que les étudiants français, les étudiants étrangers peuvent bénéficier des aides au logement : l’allocation de logement à caractère social (ALS) ou l’aide personnalisée au logement (APL), suivant le type de logement. Ces aides sont attribuées par la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) du lieu d’habitation (www.caf.fr). Votre établissement ou le bureau d’accueil des étudiants internationaux pourra vous aider à faire la demande auprès de la CAF.

3- Se nourrir :

Les 450 Restaurants Universitaires sont un grand classique de la vie étudiante en France. Il s'agit de restaurants gérés par les CROUS. Les tarifs pratiqués sont très intéressants : un repas complet coûte 2,85 Euros seulement. Tous les détenteurs d'une Carte d'étudiant ont accès à ces établissements. Certains sont ouverts le soir et le week-end.

4- Votre argent :

Les étudiants internationaux peuvent ouvrir un compte bancaire de non-résident (en Euro ou dans une autre devise) lorsqu'ils sont en France depuis moins de deux ans.

Ils peuvent également ouvrir un compte de résident (en Euro ou dans une autre devise) si la durée du séjour le justifie.

Il peut être utile d'interroger votre banque habituelle pour savoir si elle est associée à un réseau français, ce qui peut faciliter vos opérations.

En France, les paiements en argent liquide s'effectuent en Euros exclusivement.

Les principales cartes bancaires (Visa et Mastercard) sont acceptées par la plupart des commerçants pour des paiements à partir de 15 Euros. De nombreux distributeurs de billets de banque sont disponibles dans les agglomérations.

Les français utilisent beaucoup les chèques. Toutefois, vous devez savoir que les chèques tirés sur des banques étrangères ne sont que très rarement acceptés par les commerçants français.

Combien vont coûter mes études ?

Voici un exemple de budget mensuel moyen. Il est calculé sur la base d'un logement en résidence privée, qui représente plus de la moitié du montant dans ce cas et donne une bonne indication de ce qu'il convient de prévoir pour vivre en France au quotidien.

Logement

400 Euros

Nourriture

150 Euros

Assurance santé

42 Euros

Transports urbains

45 Euros

fournitures scolaires

45 Euros

Loisirs

100 Euros

Divers

100 Euros

Total par mois

882 Euros

Convertir votre monnaie en Euro

Nous avons également relevé quelques exemples de prix en France...

Un Journal

1,20 Euros

Un aller-retour en TGV entre Paris et Tours

110 Euros

Une place de cinéma

7,60 Euros

Un Compact disc audio

19 Euros

Une baguette de pain

0,90 Euros

Un croissant au beurre

1 Euro

Un paquet de 20 cigarettes

5.5 Euros

Abonnement bus par mois

27.30 Euros

Salaire moyen par mois en France pour 35h de travail par semaine

1100 Euros

Un timbre poste

0,56 Euro

Une nuit en chambre d'hôtel (**)

60 Euros

5- Travailler pendant ses études :

Chaque étudiant étranger a le droit de travailler pendant ses études en France dès lors qu'il est inscrit dans un établissement ouvrant droit au régime étudiant de la Sécurité Sociale (et qu'il dispose d'un titre de séjour s'il n'est pas ressortissant de l'Union Européenne)

Chercher à compléter ses revenus lorsqu'on est étudiant est tout à fait courant.

Travailler à mi-temps en France ne permet pas de couvrir la totalité de ses dépenses, il ne peut s'agir que d'un salaire d'appoint. C'est important !

Ce droit concerne tous les étudiants, y compris ceux arrivant en France pour la première fois ou inscrits en première année.

La législation française autorise désormais les étudiants étrangers à travailler 964 heures au plus dans l'année.

Il existe en France un salaire minimum, le SMIC (Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance) dont le montant est de 8,71 Euros bruts (c'est à dire avant prélèvement des cotisations sociales obligatoires, environ 20%) par heure de travail effectif.

Il n'est plus nécessaire d'obtenir une "Autorisation Provisoire de Travail" (APT) pour exercer une activité professionnelle d'appoint pendant ses études, à l'exception des étudiants algériens dont le statut reste défini par l'Accord franco-algérien du 27 décembre 1968.

6- Se soigner : 

Les soins pratiqués dans les hôpitaux sont toujours de très haut niveau. La couverture médicale universelle rend ces soins accessibles à tous.

Chaque hôpital dispose d'un service spécifique de médecine d'urgence, ouvert en permanence. Les médecins et les pharmacies organisent également des gardes de nuit et les week-end.

Le système médical français est réputé pour être l'un des meilleurs du monde.

Il existe en France des services médicaux pour étudiants, notamment en matière de médecine préventive.

La couverture sociale française est également très réputée et permet d'obtenir le remboursement d'une partie des frais médicaux pour une cotisation de base de 192 Euros.

A côté de ce système obligatoire, des mutuelles étudiantes permettent, pour une somme modeste (à partir de 110 Euros), de compléter cette couverture jusqu'à la gratuité complète des soins.

Pour bénéficier de la sécurité sociale "étudiante", les étudiants doivent être âgés de moins de 28 ans et inscrits dans un établissement d'enseignement supérieur agréé. Les étudiants âgés de plus de 28 ans bénéficient sous certaines conditions de la "CMU" (Couverture Médicale Universelle).

7- Pratiquer sa religion :

La France est un pays laïc, mais de tradition et de culture catholique romaine : les nombreuses cathédrales romanes ou gothiques, les églises et chapelles présentes jusque dans les endroits les plus reculés en témoignent.

La pratique religieuse est libre et les discriminations fondées sur l'appartenance ou la pratique d'une religion sont interdites.

Les principaux cultes rencontrés en France sont les cultes chrétiens (catholiques et protestants), musulmans et israélites. Eglises, temples, mosquées et synagogues coexistent paisiblement, dans un esprit de concorde et de respect mutuel.

 

L’association est là pour vous aider dans vos démarches si vous en avez besoin. N’hésitez pas à nous contacter avant votre départ ou à votre arrivée.